dans Bonnes pratiques

Comment convaincre vos abonnés d’ouvrir vos emails ?

7160fab104a146dc85a4fa8d1c90e15f_14_960

2 secondes, c’est le temps de réflexion que vos abonnés accordent à chaque nouvel email reçu pour décider de l’ouvrir – ou pas. Mais, me direz-vous, comment les convaincre en seulement 2 secondes ? Une seule solution : bichonner votre nom d’expéditeur, l’objet de votre email et son preheader. Explications.

Le nom d’expéditeur

Le nom d’expéditeur est la première chose que vos abonnés regardent lorsqu’ils reçoivent un email. Celui-ci doit être connu et facilement identifiable. Évitez donc d’utiliser « Équipe » ou « Sarah » comme nom d’expéditeur, car cela ne permettrait pas à vos abonnés de vous identifier immédiatement et il y aurait donc peu de chances qu’ils prennent la peine d’ouvrir votre email.

Trois exemples de noms d'expéditeur facilement identifiables.

De nombreuses études ont prouvé que la formule gagnante en terme de nom d’expéditeur consiste à mettre le prénom de la personne en charge de la campagne d’emailing et le nom de l’entreprise – comme dans l’exemple ci-dessous. Cette technique fonctionne bien, car elle permet d’humaniser la marque.

L'exemple de Sarenza qui utilise cette stratégie

L’objet

Souvent négligé, l’objet est pourtant la deuxième information que vos abonnés ont avant d’ouvrir votre email. Mais rédiger un objet percutant n’est pas chose aisée et il y a plusieurs paramètres à prendre en compte.

Tout d’abord, la taille de votre objet. Essayez d’être concis et de garder en tête qu’un objet ne doit pas dépasser 38 caractères pour être lisible sur mobile ; et plus d’un email sur deux est consulté sur mobile aujourd’hui. Vous aurez beau écrire le meilleur objet du monde, mais, si la valeur ajoutée est à la fin de l’objet et que ce dernier est coupé sur mobile, vous risquez de perdre beaucoup d’ouvertures.

Ouverture VS support (extrait du baromètre mobile 2014 de Return Path)

Extrait du baromètre mobile 2014 de Return Path: ouverture VS support

Ensuite, veillez à être le plus clair possible dans votre objet. Jouer la carte du mystère peut marcher, oui, mais la plupart de vos abonnés reçoivent tellement d’emails chaque jour qu’ils ne prennent pas le temps de tous les ouvrir. En expliquant clairement ce qui se trouve dans l’email, vous leur donnerez plus envie de cliquer et de lire votre email.

Leroy Merlin ici utilise un objet très clair

Poser une question dans l’objet est une technique assez utilisée et qui fonctionne bien. Dans l’exemple de SFR ci-dessous, en lisant l’objet on se pose donc la question et si on a envie de répondre « oui », alors on ouvrira l’email pour découvrir l’offre. La forme interrogative permet d’inclure l’abonné, de faire en sorte qu’il se sente concerné.

L'utilisation de la question en objet par SFR

Dans un souci de différentiation en boite de réception, vous pouvez également insérer des emojis – comme Foodette dans l’exemple ci-dessous – ou des icônes – comme Petit Bateau – pour que votre email ressorte parmi les autres emails reçus. Attention bien sûr à ne pas en abuser.

Deux bons exemples d'utilisation d'icônes et d'emojis en objet.

Enfin, sans surprise, les objets qui fonctionnent le mieux sont ceux qui sont personnalisés. Je ne parle pas la personnalisation par le prénom – qui est, certes, bien mais un peu trop utilisée et donc de moins en moins impactante – mais par du contenu dynamique comme dans l’exemple de la SNCF ci-dessous qui utilise en objet la date de mon prochain voyage.

Exemple de la SNCF - objet avec du contenu dynamique

Le preheader

Si vous lisez régulièrement ce blog, aucun doute, vous savez ce qu’est un preheader mais faisons quand même un rapide rappel. Trop souvent méconnu, le preheader est la première ligne de votre campagne d’emailing et il a la particularité de s’afficher en boite de réception.

Le preheader est un élément précieux puisque, comme il s’affiche en boite de réception, il vous donne une deuxième chance de convaincre l’abonné d’ouvrir votre email. Si l’objet n’a pas convaincu, peut-être que le preheader y arrivera. Il vient donc en complément de l’objet et apporte une information supplémentaire – comme dans l’exemple ci-dessous où il précise que la livraison est offerte.

Le preheader est donc toute la partie encadrée en vert.

J’espère que cet article vous aura été utile, n’hésitez pas à réagir et/ou à poser des questions en commentaires. 

Laisser un commentaire

Commenter